TheGalleryLL

L’élégance Parisienne

The Parisian Elegance

Prologue

Prologue

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? », s’interrogeait le poète Alphonse de Lamartine.

Tout tendrait à nous faire croire que la réponse est positive.

Au commencement de tout est l’architecture : donner un cadre de vie aux femmes et aux hommes, les protéger des intempéries et des éléments, faire lire une civilisation à travers ses bâtiments.

Voyageurs du Nil, touristes à Pompéi, visiteurs de Versailles, nous sommes aujourd’hui encore les témoins de la gloire architectonique des siècles passés. Les temples grecs nous donnent une notion de l’harmonie. Les villas palladiennes sont une proposition de bonheur.

Des vestiges ? Non, des lieux de haute culture qui portent témoignage de l’inventivité de nos aïeux. Le monde est comme une vaste arche de Noé dont les constructions seraient les rescapées.

Bonheurs de l’architecture ? Oui, jusqu’à l’étonnant parfois.

Les buildings new-yorkais dans le désert du Qatar, les malls commerciaux dans les palais de la Chine vénérable, voilà les signes d’une mondialisation en cours.

Mais l’architecture n’est pas tout : il y a aussi la décoration, le design, la façon dont nous aménageons ces conques habitables que l’on baptise appartements ou maisons.

Une console, un fauteuil, une table, autant de révélateurs de goût.

On peut marier du Louis XVI avec un intérieur des années 1980, pourquoi pas, et faire se côtoyer la veille commode de la famille avec des chaises contemporaines.

La décoration, comme la mode, est désormais le royaume de l’assorti et du dépareillé, de la modernité et de l’atavisme. On peut aimer les crédences et les fauteuils comme on enfile une robe. Et c’est dans cette mystérieuse alliance des styles et des objets que l’on dessine son environnement comme l’on écrirait une autobiographie tactile.

Tournez donc les feuillets de ce book que vous avez à votre portée, il pourra lui aussi orner votre salon, microcosme de cette fête intime qu’est un intérieur où il est bon de vivre.